barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Chroniques de concerts









En 2010 :


DEEP PURPLE


Pau (Pyrénées Atlantiques [64]
Zénith
Jeudi 9 décembre 2010


Les papys déboulent sur scène avec "Highway Star": classique. Mais d'emblée on se dit qu'il y a un truc qui cloche. Ca manque de punch. C'est trop propre. Le public est aussi trop sage. Toutes ces premières impressions vont se confirmer au fil des titres: "Hard lovin' man", "Maybe I'm a Leo", "Strange kind of woman". Fin de la première chanson d'après Gillian, mais là aussi une joke qui fait flop. Puis c'est "Rapture of the deep" une chanson récente que je trouve très fade.
Paice et Gillian sur la scène du Zénith palois [photo: site web de la République des Pyrénées]
Aucune prise de risque dans la setlist. On aurait aimé "Speed King" ou quelques songs de "Purpendicular", et pourquoi pas "Child in time" ? Au lieu de cela on aura droit au dispensable "Smoke on the water" agrémenté de visuels kitchissimes sur les 2 écrans latéraux ! Même Steve Morse, si brillant sur la tournée précédente semblait quelques peu empoté (même si tout est relatif avec cet "incredible" guitariste comme dit Gillian). Il est facile de trouver la raison à ce concert décevant, y a qu'à voir le nombre de dates enchaînées en France avant d'arriver à Pau: Toulouse, Lorient (6/12), Rouen (5/12), Troyes (4/12), Dijon (2/12), Strasbourg (1/12) et auparavant X dates en Allemagne à un rythme certainement dur à tenir pour ces vieux rockers ! On regrette que ces supers musicos (la rythmique Paice/Glover assure encore un max) ne puissent pas se poser un peu pour asséner des sets plus intéressants... Mais bon à ce moment là faut pas compter les voir à Dijon, Troye ou Pau !

Eric MAC FADDEN


Pau (Pyrénées Atlantiques [64]
Showcase
Vendredi 29 octobre 2010


Petit bar au centre de Pau, le Showcase est ce soir à moitié plein (100 personnes ?) pour recevoir Eric McFadden, guitariste américain de San Francisco jouant du rock-blues ayant traîné sa 6 cordes dans de nombreux studios et assuré quelques remplacements de luxe (Living Colour entre autres).
En première partie Rodney Branigan jeune guitariste US impressionne par sa technicité avec une mais aussi .. deux guitares à la fois, sans parler de la partie percus qu'il assure également sur le caisson de ses 6 cordes; intéressante prestation avec quelques reprises bien senties ("Come together" des Beatles ou encore "Creep" de Radiohead). Arrive ensuite Mc Fadden flanqué d'une grande (par la taille) bassiste d'origine polonaise et d'un batteur. Un show bien ciselé alternant des morceaux rapides et quelques parties plus cool, parfois "hispanisantes" jouées à la guitare sèche.
Eric McFadden (à droite) sur la scène du Showcase à Pau le 29 octobre 2010 [photo: Barjozo himself !]
Excellent technicien également, distillant des notes claires et non moins puissantes à la guitare électrique, le set est néanmoins terni par l'ambiance "bar" avec un brouhaha permanent en arrière plan dû aux discussions de quelques consommateurs de bières réfractaires à la musiques... Ce doit être bien difficile à encaisser quand on est sur scène. Rien à redire pour une superbe prestation avec en plus une reprise très hargneuse de Polly-Jean Harvey ("This is love"), une autre de Thin Lizzy ("Got to give it up") que j'ai trouvée un peu molassonne (la bassiste avait du mal à suivre)... et pour finir, en rappel un "Run through the jungle" (Creedence Clearwater Revival) endiablé. Huit euros pour près de 2 heures de concert il est difficile de faire mieux en rapport qualité/prix !

STATUS QUO


Pau (Pyrénées Atlantiques [64])
Zénith
Mardi 12 octobre 2010


"Vieux" groupe de boogie-rock des années 60 Status Quo à Pau ? J'y vais sans trop connaître...en dehors de quelques standards. Le public est plutôt âgé (quadras et +). La première partie fait dans le hard-rock des seventies avec guitares et claviers omniprésents; ça se laisse écouter mais c'est pas très original. A 21h arrivent sur scènes nos 5 zozos: Francis Rossi (guitare et chant), Rick Parfitt (guitare et chant), Andrew Bown (claviers, harmonica, guitare rythmique), John Edwards (basse), et Matt Letley (drums).
Parfitt (à Gauche) et Rossi (à Droite) au Zénith de Pau [photo: site web de la République des Pyrénées]
D'emblée le son est puissant avec des guitares en avant, des morceaux très rapides, rock voire rock n roll. Les zozos ont l'air de bien s'amuser sur les planches, surtout Rossi qui fait le pitre en permanence avec sa 6 cordes et taquine le public entre les morceaux. Je serai bien incapable de citer le nom des chansons interprétées ce soir-là (en dehors de "Whatever you want" ou "in the army now"), mais ce fut un bon show bien nerveux servi par un son correct. Excellente soirée avant d'attaquer les frimats de l'automne béarnais !

B B K live


Bilbao (Kobetamendi, Espagne)
Festival
Vendredi 9 juillet 2010


Situé sur les hauteurs qui dominent Bilbao, le site Kobeta est un bien curieux endroit pour y tenir un festival de rock; heureusement que pour y monter il y avait une valse de bus partant depuis le centre ville... ce ne sera pas le cas pour le retour qui doit se faire à pieds (30 minutes de descente). Sur place 3 scènes (comme les 3 ours: la petite, la moyenne et la grande !).
affiche du festival BBK 2010
Le festival dure 3 jours (8, 9 et 10 juillet) et ouvre vers 16h. J'avais choisi de zapper J1 malgré la présence de Slayer, et je ne pouvais assister au J3 malgré Faith No More...Arrrrggghhhh!!!
J'arrive sur place vers 20h30 un peu avant que GOGOL BORDELLO n'investisse les planches de la grande scène avec son punk-rock mélangeant accordéons, violons, etc. rappelant une musique "gypsie" +/- pogues-like. Ca s'écoute car c'est très bon enfant avec des musicos qui ne se prennent pas trop au sérieux...
Vient ensuite PAUL WELLER sur la scène moyenne. Institution UK s'il en est en matière de zique l'ancien leader de The JAM dans les années 70 n'a malheureusement jamais vraiment percé sur le plan international (à l'instar de Ian BROWN). Pourtant sa musique en live est excellente enchaînant des titres rock, parfois déjantés avec des morceaux plus jazzy du meilleur effet. Très bon set.
Le temps de récupérer une binouze (ou plutôt una cerveza grande !) et ALICE IN CHAINS déboule sur la grande scène. En furie avec trois titres tirés de leur mythique LP "Dirt" (1992). C'est fou comme la voix de leur nouveau chanteur-guitariste rappelle celle du défunt Layne Staley (dont l'âme hante toujours le groupe qui lui dédiera un titre). En tous cas un excellent concert avec principalement des morceaux de "Dirt" ("Rain when I die", "Rooster", "Would ?"..) mélangés à des titres de leur dernier LP "Black gives way to blue" (2009) dont un fantastique "All secrets known". Sur le dernier morceau ("Rooster") ils seront rejoints sur scène par Mike McReady lead-guitar d'autres gars de Seattle....
A 0h20 (on est en Espagne !) c'est PEARL JAM qui monte sur la mainstage. Un set impressionnant avec des musiciens semblant heureux de jouer ensemble et un frontman (Eddie Vedder) toujours aussi charismatique qui entre les morceaux buvait un coup (bouteille de rouge main droite) et tentait de déchiffrer un texte en espagnol sur des feuilles de papiers tenues main gauche ! On sent bien que la scène est leur domaine. En plus ils n'ont pas honte de leurs vieux morceaux puisqu'on a eu droit à une revue de presque tous leurs meilleurs titres ("Even flow", "Elderly woman", "Given to fly", "Why go", "Jeremy", "Alive", "Black", "Do the Evolution"...). Le premier rappel fut apocalyptique avec un "Rearviewmirror" déjanté. Alors qu'ils devaient rendre l'antenne à 2h00, leur set s'est poursuivi au total plus de deux heures et quart. Rock n' Roll !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Pearl Jam je conseille le site suivant où ils auront accès aux chroniques (bien faites) des nombreux albums du groupe: PEARL JAM



Clisson (Loire Atlantique [44])
Festival
Samedi 19 & Dimanche 20 juin 2010


les 2 mainstages du Hellfest

Première visite à ce festival des "musiques extrèmes" qui existe depuis 2006...



Samedi 19 juin 2010

Le premier groupe vu c'est PRETTY MAIDS et leur hard-rock mélodique venu du Danemark. Pas grand chose à dire si ce n'est que le chanteur malgré les ans a gardé la pêche... Quelques vieux morceaux des premiers albums joués (et entendus) avec une nostalgie notable: "Red, Hot & Heavy", "Back to back", "We came to rock" ou le superbe "Future world" qui clôtura leur set.


ANVIL déboule ensuite. Ces 3 canadiens sont bien en peine pour me captiver les cages à miel. Malgré la bonne humeur de Lips, chanteur-guitariste originel et fondateur du groupe; malgré donc ses pitreries et son solo de guitare avec vibromasseur, je me suis fait chier 45 minutes.



Sur une scène annexe j'ai pu écouter 2 ou 3 titres de MY DYING BRIDE; mais rien de transcendant, si ce n'est le chanteur véritablement "habité" par des esprits venant d'on ne sait où ..


AIRBOURNE sur la mainstage 1 ne m'a pas non plus convaincu. Trop de sonorités évoquant les australiens électrifiés... Un chanteur totalement "à la masse" qui escalada l'armature de la grande scène (15 mètres ?) sans filet, pour jouer un solo de guitare en équilibre précaire (et sous des rafales de vent !) restera quand même en mémoire quelques temps.


SLASH et ses nouveaux accolytes. Alors là ce fut la surprise du jour. Si quelques compos récentes ont été délivrées on retiendra surtout les reprises de standards de Guns N Roses avec un chanteur de haut niveau faisant parfois oublier Axl Rose ! Dès le deuxième morceau du set: "are you ready for the "Nightrain" ?"; et oui on étaient ready ! Excellent ! Puis enchaînement direct sur.. "Rocket queen" d'enfer. Par la suite viendront "Civil war", puis "Sweet Child o'mine" et surtout en final un fantastique "Paradise City" ! ! ! Superbe prestation.


TWISTED SISTER ! Je me disais que ces vieux gars là seraient peut être dépassés. Que neni ! On a eu droit à un Dee Snider avec une permanente au top (j'ai pas pu voir si il avait des cheveux blancs) mais surtout une pêche d'enfer. Quel frontman ! Jusqu'à nous lancer un hommage vibrant à Ronnie James Dio en reprenant "Long live rock n roll" de Rainbow. Comme il l'a souligné, après 25 ans d'absence de passage en France, TS se produisait sous son line-up originel avec l'animal Mark Mendoza à la basse et le guitariste Jay Jay French. Quelques titres superbes: "You can't stop rock n roll", "The kids are back", "SMF", ou le tonitruant "We are not gonna take it". On aurait apprécier "I'm me" ou le péchu "Knife in the back" mais ils doivent réserver tout ça pour une prochaine tournée mondiale ! Vraiment un très bon set !


IMMORTAL ? Bouh les vilains ! Ils nous jouent un mélange de Kiss (les masques) avec un son thrashy et surtout une prise de tête et un bulbe pas possible. Pas terrible. J'en ai profité pour aller faire un tour sur les stands de merchandising: j'ai rarement vu autant de t-shirts de metal de ma vie ! La vache !


ALICE COOPER arrive vers 23h bien tassées. La voix est toujours aussi nasillarde (j'ai jamais été un grnad fan autant le dire tout de suite). La scène est le siège d'un "Theatre of death" comme c'était écrit sur le rideau d'ouverture. Quelques standards mélangés à des compos nouvelles; intégration totale au théâtral show pendant lequel Mr Cooper se fait trucider 3 fois (dont guillotine et pendaison !), s'acharne sur des poupées, une infirmière, etc. Pour ma part j'ai pas regrété mais y a eu beaucoup mieux question zique !



Dimanche 20 juin 2010

UDO fut la première baffe de la journée. Malgré des kilos en trop, le père Dirkschneider a gardé une voix reconnaissable entre milles. De nombreuses compos que je ne connaissais pas mais toujours dans un style évoquant le ACCEPT des années 80. C'est ainsi que pour finir on eut droit aux reprises "Balls to the wall" et "Metal Heart". J'aurais bien aimé un ou deux titres de ce que fut pour moi le meilleur album des allemands, à savoir "Restless and Wild" mais tant pis !


J'ai écouté ENSIFERUM de loin et d'une oreille un peu distraite mais ça avait l'air pas mal dans un style très aérien et "celtique"...


"Heavy metal thunder" ouvre le set de SAXON sur la mainstage 1 vers 17h. Les deux compères Biff Bifford (chant) et Paul -casquette- Quinn (guitare) assurent un max et enchaînent d'emblée avec leurs accolytes sur "Motorcycleman". Excellent ! Parmi les autres titres qui nous ont régalés les canaux semi-circulaires notons: "Wheels of steel", "Princess of the night" ou "Crusaders". Les anglais ont tellement de standards dans leurs poches que finalement faudra les revoir sur un set plus long. Superbe prestation néanmoins.


EXODUS m'a déçu. Un son cradingue. Un chanteur schizo-psychopathe gueulard. En fait le spectacle était surtout dans la fosse où les kids tourniquaient en rond. Mosh !


Un petit tour sous la "Terrorizer Tent" pour jeter une oreille au MONDO GENERATOR du barbichu Nick Oliveri. Du gaz et de la patate. Dommage que N O ne sache pas chanter !


"Good evening ! we are MOTORHEAD and we play rock n roll !" et c'est parti pour 1 heure d'un set sans surprise incluant des standards connus de tous: "Ace of spades", "Killed by death", "Stay clean", "Metropolis", "The Hammer", "Lost in the ozone", "In the name of tragedy" ou un superbe "Overkill" en final... Mais il manquait peut-être un peu plus de fun ?


SLAYER déboule ensuite en furie sur la mainstage 2. Un SON fabuleux. Jeff Hanneman et Kerry King de chaque côté de la scène torturant leurs guitares; Dave Lombardo en arrière plan martyrisant ses fûts. Et Tom Araya, serein, basse en bandoulière, le sourire aux lèvres, chantant des titres récents dont je ne connais pas bien les compos mais surtout assénant des standards majestueux dont en vrac: "South of Heaven", Born of fire", "Chemical warfare", "War ensemble" ou l'immense "Dead skin mask". Chapeau bas ! Rien que pour cette prestation le déplacement en Bretagne vallait le coup.


Pour finir voilou KISS et son superbe show. Que d'artifices ! Quel spectacle ! On en a pris plein les yeux et les oreilles ! Pour ce qui est des morceaux tous les standards du groupe furent balancés sans oublier quelques titres récents avec un peu de pub au passage pour leur nouvel album dont j'ai donc pu ainsi retenir le nom: "Sonic Boom" ou un truc dans le genre. Pour les titres connus: "Love gun", "Crazy crazy nights", "Detroit rock city", "I love it loud", "Lick it up", "Calling Dr Love", "Shout it out loud", "I was made for lovin you", "Rock n roll all night"... que du lourd ! Bien sûr en plus on a eu droit aux explosions en tous genres, à des grimaces de Gene Simmons (qui un moment fut propulsé à 10m de haut, la bouche en sang... beurk). Paul Stanley entre les morceaux n'a pas cessé d'arranguer la foule et a même traversé la fosse perché sur un filin pour chanter "I was made for lovin you" sur une mini-scène à l'opposé de ses compères. Un écran géant en arrière de la scène n'a pas cessé d'envoyer des images filmées pdt la prestation. Pour finir après le show et l'inscription en lettres de feu "Kiss loves Hellfest" ce furent... dix minutes de feux d'artifices ! Au fait Kiss, c'est pas des américains ?



ARNO


Tarbes (Hautes Pyrénées [65])
La Gespe
Vendredi 28 mai 2010


Le belge de paasage à Tarbes (trou perdu s'il en est) ! Fallait pas rater ça car ce fut géant. La pleine forme, malgré l'alcool, et toujours une verve d'enfer pour introduire les titres. En alternant chansons rapides et rock avec des morceaux plus lents Arno a réussi à tenir un public qui manifestement était connaisseur. Mention spéciale pour une reprise superbe du "Get up Stand up" de Bob Marley version piano-bar (véridique). Sinon le belge est un
Arno
vrai rockeur et "Putain, putain, c'est vachement bien, on est pourtant tous Européens !" ...malgré la crise. Entouré de musicos d'origines ethniques bigarrées d'après lui (un bassiste mi-belge, mi-serbe; un batteur mi-belge, mi-togolais; une choriste marocaine; un guitariste mi-belge, mi-je sais plus quoi) ; à part le vieil ami un peu empaté aux claviers (un vrai belge pur souche), on en a eu pour presque 2 heures de show. Le rappel fut plein d'émotions ("Dans les yeux de ma mère") avant d'être festif ("Les filles du bord de mer"). Vive les moules ("en douceur...en douceur...en douceur et pro fon deur.."). Une très bonne soirée ! (merci Doudoune !)




Jacques DUTRONC


Pau (Pyrénées-Atlantiques [64])
Le Zénith
Samedi 23 janvier 2010


Zénith palois complet pour le corse. 20h15 on a à peine le temps de s'assoir que les lumières s'éteignent. Un fauteuil de cuir glisse sur le devant de la scène et Dutronc s'y installe le temps de quelques minutes d'applaudissements. Il sait déjà que le public est conquis. Puis c'est "Et moi et moi et moi" qui débute la set-list. Triomphe. Entre chaque morceau on aura droit à quelques mercis et un petit mot sympa. En vrac il va enchaîner: "Fais pas ci.." (version intéressante avec l'intervention d'un rappeur", "J'aime les filles", "Crac boum hue !", "Le petit jardin", "L'opportuniste", "Gentleman cambrioleur", "La fille du père Noël", "Qui se soucie de nous", "On nous cache tout (on nous dit rien)", "L'hymne à l'amour (moi l'noeud)", "Il est cinq heure, Paris s'éveille", "Le polisson du polochon", "Madame l'Existence", "Tous les goûts sont dans la Nature"... Les musicos derrière lui, tous quinquas (voire plus !) assurent: 1 batteur, 1 guitariste, 1 clavier, un multi-instrumentiste et 1 choriste (qui joue aussi de la flutte). La fin du set fait se lever la salle (à la moyenne d'âge élevée si on regarde autour de nous) avec un enchaînement béton: "Les cactus", "La Compapade", "Merde in France". En tous cas le vieux briscard à l'air de bien se fendre la poire sur scène et cela se ressent. En rappel on aura droit à une deuxième version de "Et moi et moi et moi" avec Dutronc à la guitare sèche. Très bonne soirée ! 22h00 That's all folks !

Ian BROWN


Paris
Trabendo
Jeudi 14 janvier 2010


Petite salle très proche du Zénith de Paris-La Vilette (où se soir là il y avait Dutronc), le Trabendo est assez sympa avec une ambiance très rock. A 21h les musicos investissent la scène suivis de Ian Brown qui enlève un petit sac à dos, pose sa veste est balance d'emblée sa voix assurée sur des rythmes mélant pop, rock et des relants de musique électronique voire parfois carrément "dance". Le set sera bien sûr très axé sur son dernier album, le très bon "My Way" avec en exsergue le hit "Stelify" entouré d'anciens morceaux. Les musicos sont top, avec en prime une rythmique associant un bassiste, un batteur et un percusionniste enturbané ayant littéralement "le rythme dans le sang"... Très bon concert de 1h30.



Back to "chroniques de concerts"

· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·