barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




...Anciens albums...

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z








2008 AC/DC "Black Ice"



label: Sony/BMG
style: hell-rock
date de sortie: 20 octobre 2008
date de chronique: novembre 2008

[par Barjozo]


Enfin un nouvel album.
Enfin une nouvelle galette.
Enfin Angus est de retour avec ce son de guitare reconnaissable entre milles.
Enfin ce 15ème album !
...Et les vieux briscards se portent bien, merci pour eux ! On avait depuis quelques semaines sur le site officiel le single "Rock n Roll train" dans les oreilles, on a maintenant 15 nouveaux boogies. De cet album ressortent quelques hits en puissance en particulier outre le single sus-cité, le 3ème titre "Big Jack" qui a tendance à s'implanter entre les 2 hémisphères. Brian Johnson est parfois surprenant puisqu'il arrive même à chanter et à produire un son qu'on ne lui connaissait pas ("Anything goes"). La guitare d'Angus nous fait souvent repartir plus de 20 années en arrière avec des passages évoquant les sonorités de "Back in Black" ou encore le "For those about to rock"... La production (Brendan O'Brien) est impeccable, nickel. On a même droit à un essai de rock "sudiste" à la slide ("Stormy may day") évoquant les Skynyrd ou les jeûnots des Black Crowes. L'intensité de l'album faiblit un peu à partir de "She likes rock n roll" (probablement le titre le plus faible de la galette) et peut-être auraient-ils pu s'arrêter à une douzaine de morceaux ?
Pourtant au total on n'est donc pas déçu de la livraison, après 8 ans d'attente qui ont fait oublier le décevant "Stiff upper lip". Merci les boys.
"We salute you" (and hope to see you on the roads again...).






1978 The ANGELS "Face to face"



[par Barjozo]



The ANGELS est un groupe australien rebaptisé ANGEL CITY en raison de la présence d'un obscur groupe homonyme aux States à l'époque...
Style caractéristique du rock (boogie-rock) des antipodes dont le fer de lance internationalement connu fut un groupe monté par les frères Young. A l'époque, Bon Scott, du-dit groupe, avait pris sous son aile ses compatriotes en les faisant signer sur une major qui réédita le disque en 1980 [Epic], mais malheureusement pour eux, ils ne réussirent pas à prendre leur envol malgré un nom pourtant prédestiné!
La galette renferme les principaux tubes du groupe avec en particulier "Marseilles" sur lequel le chanteur se permet de dire quelques phrases en français, l'incandescent "Am I ever gonna see your face again" ou le boogie ultime "Coming down". Du bon rock sans atermoiement, sans fioriture, carré, bien interprété avec une production correcte. A écouter en boucle si vous aimez le style car c'est un must dans le genre.






1995 AT THE GATES "Slaughter of the Soul"


label: Earache Records
style: Death Metal
date de sortie: 14/11/1995
date de chronique: 08/09/2013

[par Cloward]



A l'époque où, dans le milieu des années 1990, le death metal semble amorcer son déclin, Earache surprend son monde en incorporant dans son écurie At the Gates, fraîchement démissionnaire de Peaceville après deux albums ("the red in the sky is ours" et "With fear, I kiss the burning darkness" respectivement en 1992 et 1993) et un mini LP, "Terminal spirit disease" en 1994. Ce dernier amorçait déjà un virage beaucoup plus technique et mélodique.
En cela aidé par l'inévitable producteur suédois de l'époque, Fredrik Nordström, le groupe accouche d'un recueil de titres aussi percutants et accrochants les uns que les autres. La production est magistrale à la fois claire et incisive, magnifiant ainsi des morceaux aussi accrocheurs que le mémorable "Blinded by Fear" qui ouvre l'album. Les suédois épurent leurs morceaux et réussissent l'exploit de proposer des structures basées autours de riffs simples mais diablement précis et rapides, au profit de tessitures aisément mémorisables que l'on pourrait même chantonner sous la douche. Cette patte mélodique fait d'ailleurs école à l'époque auprès des voisins de Göteborg que sont Dark Tranquillity et autres In Flames.
La particularité de cet album est son intensité qui ne faiblit jamais, mais toujours au service de mélodies fines et renversantes. D'ailleurs le morceau "Terminal Spirit Disease", qui donna son nom au mini-LP précédent, annonçait déjà ce virage tout aussi mélodique et accrocheur que violent. Les riffs d'Adrian Erlandsson et de Jonas Björler sont percutants, littéralement meurtriers et le groupe gagne ainsi en intensité et agressivité, soutenu par la verve éraillée de Tomas Lindberg et les soli intenses et éclatants de la paire Martin Larsson-Anders Björler. Cette véritable furie sonore reste cependant toujours au service d'une harmonie et d'une trame mélodique entêtante. At the Gates frappe un grand coup en ce mois de novembre 1995 mais cette prouesse restera malheureusement sans suite. L'album est proposé sous trois formats différents : l'original de 1995, un import Japonais hors de prix avec un douzième titre bonus "Legion" ainsi qu'une réédition remasterisée de 2002 avec des démos et reprises.
A noter qu'ils nous ont fait la surprise et le bonheur de se reformer le temps du Hellfest 2013 pour un show intense et mémorable, nous ramenant 18 ans en arrière.



· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·