barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



1970-79 1980-89 1990-99 De 2000 à 2009

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009



Cette année là:


- Ali Farka Touré ("King of African Blues") meurt le 6 mars à Bamako, Mali
- le 7 juillet 2006 disparaît Syd 'Crazy Diamond' Barrett (membre schizophrène fondateur de Pink Floyd)
- le 25 décembre 2006, décès de James Brown (the Godfather of Soul)
- le groupe de guignols finlandais peinturlurés Lordi gagne l'Eurovision avec "Hard-Rock hallelujah"
- ...et en septembre 2006, la première version de www.barjozo.fr est disponible online ...





2006 ARCTIC MONKEYS "Whatever People say I am, that's what I'm not"


Ces p'tits anglais ils en ont fait du boucan, avec cet album, vindiou !
Descendus par la critique rock planétaire (encore!) car il paraît qu'ils ont trop fait de tapage (médiatique) pour la sortie de ce "Whatever..". On croit réver ! Ils ont tout simplement utilisé internet de la façon la plus habile qui soit.
Pour en revenir à la zike: c'est assez speed, genre Punky Goes to Nebraska ou quelque chose du genre. Essences indéniablement punk entremélées de parties dansantes: bingo pour ces jeunes loups. Treize morceaux très rythmés aux titres explicites ("You probably couldnt see for the lights but you were staring straight at me", ou encore "Red light indicates doors are secured"...) qui vous incitent à taper du pied en cadence. Moi j'aime bien écouter cet album le soir en rentrant du boulot en plantant mes aiguilles sur les pantins de pâte en carton...ARRRRRRRRGGGGGGHHHH ! Sans déconner ce fut un excellent premier album. Pourtant la suite m'a un peu déçu car trop répétitive après ce brûlot introductif...

Vidéo de "I bet that you look good on the dancefloor"






2006 THOM YORKE "The Eraser"


Sorti sur le label XL Recordings, le premier LP solo du chanteur de Radiohead, style electro-pop arrive dans les bacs le 11 juillet 2006. La critique a cru voir dans ce premier opus la marque d'une rupture au sein du groupe d'Oxford. Elle s'est encore bien plantée !
Cet album a été massacré par une partie de la critique rock internationale. Des monsieurs et des madames qui se croient investis d'une mission ("in the wooden chair beside my window, i wear a face born in the falling rain.." [une boîte de jeu à celui ou celle qui me donne l'auteur de cette superbe tirade!]). Ces pecs sont passés à côté d'un des albums phare de l'année 2006. Phare car il s'agissait d'une musique quelque peu novatrice faisant appel à beaucoup d'éléments électroniques sans pour autant tomber dans une soupe insipide. Bien sûr il faut s'imprégner de l'album de nombreuses fois et ne pas s'arrêter à une première écoute souvent insuffisante pour capter l'ensemble des multiples mélodies bâtissant chaque morceau. Thom Yorke est torturé et cela se sent dès les premières mesures de l'album et de façon plus marquée que sur les compos de Radiohead. Comme l'album d'Arcade Fire en 2005, "The Eraser" est l'album qu'il ne fallait pas rater pour ne pas rester, à "l'arrière des berlines", secouant son chef tel un pantin canin à ressorts à l'aube de 2007. Amen.

Vidéo de "The Eraser"






2006 The STROKES "First impressions of earth"


Dimanche 17 mars 2002. 23 heures. Krakatoa. Mérignac. Les lumières se rallument. Another claque in the gueule comme auraient dit les Flamants Roses. Les cinq jeunôts qui viennent de nous asséner un set d'anthologie ont un patronyme: THE STROKES. C'est la naissance d'un groupe hors du commun.
Janvier 2006: nouvel album. Leur troisième si je compte bien. A la première écoute, on note un CD fait de 2 parties avec les 6 ou 7 chansons de départ qui sont la suite logique des 2 albums précédents. La deuxième partie est plus déroutante et nécessite plusieurs écoutes pour s'imprégner de l'album. Pourtant, force est de constater qu'il s'agit là d'une évolution positive dans l'écriture des New Yorkais qui viennent de pondre une page du rock que d'aucuns auraient aimé approcher sur une seule de leurs compositions. Eux en ont fait tout un album !
Ca s'ouvre sur "you only live once" de façon calme avant d'enchaîner sur "juicebox" et surtout le formidable "heart in a cage". Une note particulière pour "on the other side" (nobody's waiting for me...) et "fear of sleep". Après 13 morceaux ça finit sur "red light" de façon enlevée...
A quand le prochain album, et surtout une tournée française ?





2006 The RACONTEURS "Broken boy soldier"


Maké ? Makeskécé ? 33 minutes 44 secondes de zike ? Y pouvaient pas faire un peu plus long ces muzicos ?
Cependant, y a pas à tortiller le White (Jack White, guitariste-chanteur des White Stripes pour ceux qui se réveilleraient telle la Belle au Bois dormant..) du meilleur cru est de retour. Après un palichot album des Stripes (les White Stripes emmenés par Jack et Meg Stripes, frère et soeur Stripes, toujours pour les mêmes..) ayant fait suite au superbe "Elephant" qui avait raflé nombre de lots sur les divers top5 de la planète, un palichot "Get behind me Satan" (2005) donc, le guitariste hyperprolifique a su remettre son énergie créatrice dans le bon tempo.
Cet album débute avec un hit en puissance "Steady as she goes", mais tous les autres titres sont dans la même veine. J'ai un petit faible pour le morceau qui donne son nom à l'album... Entre autres "Yellow sun", "hands" et "store bought bones" sont très bons. "Level" est magnifique.
Bref un excellent album classé numéro 3 du top barjozien de l'an de grâce 2006.


· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·