barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



1970-79 1980-89 De 1990 à 1999 2000-09

1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999



Cette année là:


- Andrew Wood (chanteur de Mother Love Bone) meurt par overdose le 19 mars 1990 (24 ans)
- le 3 juin 1990, décès de Richard Sohl, pianiste/claviériste de Patti Smith
- le 27 août 1990, Stevie Ray Vaughan meurt dans un accident d'hélicoptère.





1990 The BLACK CROWES "Shake your Moneymaker"


Musicos : Chris ROBINSON (the singer), Johnny COLT (the bass), Young Rich ROBINSON (the guitars), Jeff CEASE (the guitars), Steve GORMAN (drums)
Prod. : George DRAKOULIAS

Premier opus pour les frères Robinson (Rich à la 6 cordes et Chris au chant). Coup de maître. Les deux morceaux qui ouvrent sont superbes "Twice as hard" et "Jealous again", nous plongeant dans des abîmes rock-sudistes que l'on croyaient oubliés... "Sister luck" est une lamentation bluesy, relayée par un "Could I've been so blind" sur un tempo plus rapide et enlevé. "Seeing things" tout comme le "She talk to angels" plus avant dans l'album sont des titres assez lents et mélancoliques. "Hard to Handle" est une excellente reprise du standard d'Otis Redding enchaîné avec justesse sur un "Thick n' thin" qui n'a rien a lui envier question tempo...
L'album se conclut sur "Struttin' blues" peut-être la moins bonne chanson de la galette, qui laisse la place à un final fantastique avec "Stare it cold" qui comporte un solo de guitare qui m'a toujours scotché !
Voici la discographie de ces oiseaux-là, par ici



Titres : 1- Twice as hard 2- Jealous again 3- Sister luck 4- Could I've been so blind 5- Seing things 6- Hard to handle 7- Thick n'thin 8- She talks to angels 9- Struttin' blues 10- Stare it cold




1990 SUICIDAL TENDENCIES "Lights...Camera...Revolution!"


Musicos : Mike MUIR (voice), Robert TRUJILLO (bass guitar), Rocky GEORGE (lead guitar), Mike CLARK (rythm guitar), R.J. HERRERA (drums)
Prod. : Mark DODSON & S.T.

C'était le temps des cassettes. Mike Muir (chant), Robert Trujillo (basse), Rocky George (guitare), Mike Clarc (guitare rythmique) et RJ Herrera (drums) après des débuts intéressants (en particulier un superbe "How will I laught tomorrow when I can't even smile today" [1988]) rattrapaient Anthrax and Co sur le plan renommée. En cette année 1990, ST nous pondait en effet une petite bombe. Le titre introductif "You cant bring me down" est maintenant un classique des thrashers. Un hymne ! Parmi les autres chansons intéressantes citons "lovely" légèrement ironique, ou encore "Send me your money"... voire le poilant "Disco's out...Murder's in" !
Entendons-nous bien cet LP n'est pas un chef d'oeuvre mais comme dans chaque album de Mike Muir et ses sbires il renferme certaines putains de bonnes compos qui me restent gravées dans le cerveau. C'est un fait.



Titres : 1- You can't bring me down 2- Lost again 3- Alone 4- Lonely 5- Give it revolution 6- Get whacked 7- Send me your money 8- Emotion N°13 9- Disco's out, murder's in 10- Go n' breakdown




1990 KINGS'X "Faith Hope Love"


Musicos : Doug PINNICK (bass guitar, vocals), Ty TABOR (guitar, vocals), Jerry GASKILL (drums)
Prod. : Sam TAYLOR & KING'S X

Troisième album pour ce groupe de rock-fusion précurseur du genre. Un must. Après un prometteur "Gretchen Goes to Nebraska", les 3 compères (Doug Pinnick [basse et chant], Ty Tabor [guitare] et Jerry Gaskill [drums]) nous pondent ici un miraculeux LP. Pourquoi n'ont-il pas percé et atteint la renommée que leur talent méritait ? -Mystère et bublegum! Il était dit que leur zike ne devrait pouvoir être savourée que par les vrais afficionados du rock underground [sic].
Quelques titres à écouter en priorité? "Fine art of friendship" et sa rythmique impeccable, "Mister Wilson" et son chant soul-bluesy imparable, "Moanjam" joué à une vitesse dantesque (quel solo !)... Mais franchement tout amateur de rock se doit d'écouter un tel déluge de décibels même si le premier abord peut apparaître déroutant voire complexe. Mais quel délice pour les cages à miel...



Titres : 1- We're finding who we are 2- It's love 3- I'll never get tired of you 4- Fine art of friendship 5- Mr.Wilson 6- Moanjam 7- Six broken soldiers 8- I can't help it 9- Talk to you 10- Everywhere I go 11- We were born to be loved 12- Faith hope love 13- Legal kill




1990 SLAYER "Seasons in the Abyss"


Musicos : Tom ARAYA (voice and bass), Kerry KING (guitar), Jeff HANNEMAN (guitar), Dave LOMBARDO (drums)
Prod. : Rick RUBIN

Pouah ! Quelle horrible pochette ! (pire que la précédente "South of Heaven" [1988] !)
Mais il ne faut pas s'arrêter au look de la galette car cet album (que j'ai découvert un peu tard) est un must du genre. Violente est la musique, aggressives sont les paroles. Pourtant ce qui émane de cet album est une mélodie, certes aux essences thrash mais au combien délectable pour nos pauvres cerveaux aservis !
Ecoutez le fougueux "Hallowed Point", l'énergique "War Ensemble", le démoniaque "Dead Skin Mask" ou encore le...chef d'oeuvre qu'est le dernier titre qui donne son nom au LP "Seasons in the abyss".
Arrggghhhhhh ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! (je viens de me piquer sur Kerry King).

Titres : 1- War ensemble 2- Blood red 3- Spirit in black 4- Expendable youth 5- Dead skin mask 6- Hallowed point 7- Skeletons of society 8- Temptation 9- Born of fire 10- Seasons in the abyss




1990 T E S L A "Five Men Acoustical Jam"


Musicos : Jeff KEITH (voice), Brian WHEAT (bass guitar), Frank HANNON (guitar), Tommy SKEOCH (guitar), Troy LUCCKETTA (drums)
Prod. : TESLA

On peut dire que cet album marque les débuts de la mode "unplugged" que MTV dénaturera par la suite. C'est en effet le premier groupe à avoir sorti un LP accoustique mélant bon nombre de reprises à des compos personnelles.
"Comin' atcha live" (de leur premier LP "Mechanical resonance" [1986]) débute l'album de façon bien rythmée et on a droit à une reprise dès le second morceau avec "Truckin" du Grateful Dead brillamment enchaîné avec "Heaven's trail (No way out)". Après "The way it is" titre un peu gnian-gnian on a droit à un superbe "We can work it out" des Scarabés de Liverpool. Plusieurs chansons intéressantes du groupe viennent ensuite avec une note très aérienne en version non-électrique ("Signs", "Gettin' better", "Before my eyes" et surtout "Paradise"). Puis Creedance ("Lodi") et les Stones sont repris ("Mother's little helper") avant que le final ne laisse la place aux meilleurs morceaux de Tesla ("Modern day cowboy" en particulier).



Titres : 1-2 Cumin' atcha live/Truckin' 3- Heaven's trail (no way out) 4- The way it is 5- We can work it out 6- Signs 7- Gettin' better 8- Before my eyes 9- Paradise 10- Lodi 11- Mother's little helper 12- Modern day cowboy 13- Love song 14- Tommy's down home 15- Down fo' boogie




1990 MARCEL DADI "Nashville Rendez-vous"


Musicos : Marcel DADI and friends
Prod. : Hervé Le GULL

Dadi, un français ! Un dieu de la guitare et une virtuosité sans pareil. L'histoire de ce mec extra-ordinaire est racontée ICI .
Cet album contient des perles au sein desquelles je ne me lasse jamais d'écouter "Swingy Boogie".
Encore un barbu qui est mort connement (en 1996, dans le vol de la TWA rentrant de la grosse pomme sur Paris...).
Sic transit gloria mundi.



Titres : 1- Merci pour Maayane 2- Robert the president 3- goodbye blue sky 4- Swingy boogie 5- La marcellaise 6- Nashville rumba 7- Like father and son 8- Song for Jerry 9- Le diset's wedding




1990 AC/DC "The Razor's Edge"


Musicos : Brian JOHNSON (voice), Angus YOUNG (lead guitar), Malcom YOUNG (rythm guitar), Chris SLADE (drums), Cliff WILLIAMS (bass)
Prod. : Bruce FAIRBAIRN

A la fin des années 80, AC/DC avait pas mal perdu de son panache. Si "For those about to rock" (et ses fameux canons) en 1981 avait pas mal marché après leur tonitruant "Back in Black" (1980), les échecs successifs de "Flick of the switch" (1983) et "Fly on the wall" (1985) les avaient quelque peu fait redescendre de leur trône. Bien sûr "Who made who" (1986) ou "Blow up your video" (1988) leur avaient un peu redonné courage, les fans de la première heure revenant vers eux. Il n'empêche que c'est surtout ce "The razor's edge" qui remettra vraiment les boys sur orbite intergalactique, que dès lors ils ne quitteront plus...
Le morceau introductif est "Thunderstruck", titre en acier trempé, avec un riff dantesque, digne des "Hell's bells" ou autre "Highway to hell". Dès l'entame de l'écoute de ce son de guitare, on sait que la magie va de nouveau opérer, en tous cas c'est ce que j'ai pensé à l'époque dans ma chambre d'étudiant bordelais...On peut de nouveau taper du pied en écoutant "Moneytalk", "Fire your guns" ou "Are you ready".
Même si cet LP a été un succès commercial, il faut quand même signaler que la deuxième partie de la galette est un peu en deçà. Mais qu'importe, AC/DC avait retrouvé sa verve créatrice et c'était bon. Si bon!






1990 QUEENSRYCHE "Empire"


Musicos : Jeoff TATE (voice), Eddie JACKSON (bass guitar), Chris DeGARMO (guitar), Michael WILTON (guitar), Scott ROCKENFIELD (drums)
Prod. : Peter COLLINS

Si Geoff Tate fut le principal artisan de "Operation Mindcrime" [1988], l'album "Empire", le plus vendu des oeuvres du groupe, est sans conteste à mettre au crédit de Chris de Garmo, sans pour autant rabaisser le travail des autres membres de Queensrÿche.
Album de la consécration après le succès de "Mindcrime", "Empire" n'est pas un album-concept comme son prédécesseur, mais chacune des 11 pistes qui le composent est une entité à part entière. De "Best I can" qui ouvre le disque de façon légère puis enlevée, à "Anybody listening?", morceau plus intimiste, nous avons droit à de nombreux hits. "Thin line" nous ramène un peu vers des passages du 2e LP ("Rage for order" [1986]), "Jet City woman" s'en va lorgner vers de vastes contrées aux effluves pops. Le slow "Silent lucidity" est tout bonnement divin, à des années-lumières des titres du genre formatés pour les passages radio-FM. "Resistance" évoque les problèmes d'écologie, "Della Brown" est une composition plus lente, bluesy, toute en finesse, s'enchaînant remarquablement bien sur "Another rainy night (without you)" dont le refrain est imparable, tout comme l'est également celui du titre éponyme "Empire", tous ces morceaux étant lacérés des notes de la guitare de deGarmo, alors au firmament !
Pur délice. Pur chef d'oeuvre. Queensrÿche qui l'eut cru, réussit son pari de donner un successeur magnifique à "Mindcrime". Du grand art.





1990 JANE'S ADDICTION "Ritual de lo habitual"


Jane's Addiction est de ces groupes maudits ou du moins malmenés par une adversité externe (manageriale, commerciale, médiatique...) ou interne (conflits entre musiciens, addictions multiples, inspiration fluctuante...), qui ont vu au final se bloquer leur ascension vers une gloire artistique qui semblait leur tendre les bras. Ce groupe en effet a splitté après ce splendide "Ritual.." et les soubressauts ultérieurs pour des tentatives de relancement du combo se sont malheureusement mal terminés.

Quatuor originaire de Californie (Los Angeles) introduit par un premier LP prometteur (1987) confirmé par un second non moins réussi ("Nothing's shoking", 1988) rien ne laissait pourtant supposer chez eux une telle verve créatrice artistique matérialisée par ce monstrueux "Ritual de lo habitual". S'il est vrai que les accords de gratte funky de Dave Navarro allient virtuosité et légèreté, on ne pourra pas harguer de vocaux puissants car Perry Farrell semble un peu limité au chant. Et pourtant, c'est peut-être bien là que réside le petit plus, dans un chant si particulièrement fragile dont on a l'impression qu'il va se briser à la moindre incartade d'octave. La rythmique quant à elle assure le strict minimum, mais sans emphase (Stephen Perkins aux drums, et Eric Avery à la basse), alors que la production de cette galette revient à Dave Jerden à l'aura en plein essor également à l'époque qui par la suite produira certains grands noms du rock (Alice in Chains, Red Hot Chili Peppers ou Anthrax).

Le LP se scinde de façon assez évidente en deux lorsqu'on le dissèque avec une première partie très enlevée et une seconde beaucoup plus calme sur laquelle les arrangements de choeurs et cordes est absolument remarquable (ah! ce violon tzigane envoutant sur "Of course"...). Débutant par un phrasé en espagnol introductif "Stop" est un titre enlevé très rock qui en single atteint les sommets du billboard US à sa sortie (N°1). Le deuxième single "Three days" est beaucoup plus introspectif alors que le 3e titre single "Been caught stealing" est un rock endiablé avec des molosses aux trousses des musiciens ;)

Magnifique oeuvre très en avance sur son temps, "Ritual.." ravira les puristes d'un rock massif mais aussi les adeptes d'une world-music entraînante ou d'un jazz-rock sautillant: de l'art et la manière d'explorer un rock dit alternatif sans oublier au passage les fondamentaux!






1990 GAMMA RAY "Heading for Tomorrow"


Après avoir claqué la porte de la maison Helloween, Kai Hansen, compositeur prolifique et guitariste talentueux revenait sur le devant de la scène avec ce premier LP d'un neo-groupe au nom scintillant: Gamma Ray. Et pour un coup d'essai ce fut un coup de maître. "Heading for tomorrow" en effet fut en son temps un magnifique LP, brillant de milles feux tant par ses mélodies magnifiques que par son côté technique à l'esthétisme d'une pureté que par la suite Hansen et ses accolytes ne purent jamais égaler.
De "Lust for life", à "Mr Outlaw" en passant par "Heaven can wait" ou "Money" deux titres enlevés, il n'y a pas grand chose à jeter. Du bon speed-metal. Et que dire du titre éponyme "Heading for tomorrow"? Un régal pour les oreilles, même pour ceux qui sont restés sourds après trop d'abus de décibels!






· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·