barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



De 1970 à 1979 1980-89 1990-99 2000-09

1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979



Cette année là:


- Tommy Bolin, guitariste surdoué (remplaçant de Ritchie Blackmore dans le Pourpre Profond entre 1975 et leur split de 1976) meurt par overdose à 25 ans le 4 décembre 1976





1976 RAMONES "S/T"


Musicos : Joey RAMONE (voice), Dee Dee RAMONE (bass guitar), Johnny RAMONE (guitar), Tommy RAMONE (drums)
Prod. :Craig LEON

Hey ho let's go ! Hey ho let's go !
Premier album des Ramones: avec sur la photo de la pochette de gauche à droite Johnny, Tommy, Joey et Dee Dee... Un morceau d'anthologie ouvre l'album, le supersonique "Blietzkrieg Bop". "Beat on the Brat" le second morceau est aussi fort et mythique, et on enchaîne ensuite sur "Judy is a Punk" totalement desstttrrrooooyyyyy !!!
Et les premiers "1, 2, 3, 4" (prononcer 'one, two, three, four') ! ! ! En cette année 76 la canicule estivale n'allait pas faire autant de dégâts que quelques années plus tard, mais pourtant je me souviens de ces coccinelles voraces qui s'étaient abattues sur la Normandie au mois d'août... Peut-être avaient-elles été allumées par ces 4 Ramones. Malheureusement, on connaît la suite et la fin prématurée de Joey (mort d'un lymphome), Johnny (mort d'un cancer de la prostate) et Dee Dee (mort d'une overdose)...Fins précoces et tristes pour ces rockeurs qui ont donné ses heures parmi les plus belles au punk-rock.



Titres : 1- Blietzkrieg bop 2- Beat on the brat 3- Judy is a punk 4- I wanna be your boyfriend 5- Chain saw 6- Now I wanna sniff some glue 7- I don't wanna go down to the basement 8- Loudmouth 9- Havana affair 10- Listen to my heart 11- 53rd and 3rd 12- Let's dance 13- I don't wanna walk around with you 14- Today your love, tomorrow the world




1976 AC/DC "High Voltage"


Musicos : Bon SCOTT (voice), Angus YOUNG (lead guitar), Malcom YOUNG (rythm guitar), Phil RUDD (drums), Mark EVANS (bass)
Prod. : Vanda & Young

Sorti en 1976 pour la venue en Europe des australiens, "High Voltage" est une compilation regroupant les 2 premiers essais studio australiens du groupe ("High voltage" et "T.N.T." parus tous deux chez Albert, en 1975). C'est ce disque qui va les faire connaître aux kids européens et véritablement lancer la carrière internationale d'AC/DC.
Comme un programme à venir, le premier morceau est le boogie ultime "It's a long way to the top (if you wanna rock n'roll)". Enchaîné sur "Rock n'roll singer" beuglé par un Scott sous amphétamines (entre autres), l'effet est imparable: on bat du pied et on se met inexorablement à secouer sa tête d'avant en arrière. Puis c'est l'hymne "The Jack" toujours joué on stage plus de 40 ans plus tard. L'incendiaire "Live wire", l'explosif "T.N.T." viennent ensuite, avant le premier single du groupe que fut "Can I sit next to you girl?". Les deux morceaux suivants sont parmi les moins connus bien que cette notion soit toute relative avec AC/DC ("Little lover", et "She's got balls") avant la tuerie finale sur "High voltage".
Dans une période où le rock est dominé par Peter Frampton, les Eagles et autres combos du genre, faut quand même s'imaginer ce que l'arrivée dans les charts internationaux de ces 5 mauvais garçons des antipodes va bouleverser. Par un rock simple, direct, ravageur, ils vont faire souffler sur la vieille Europe puis rapidement aux US, un vent tourbillonant de fraîcheur musicale en entraînant dans leur sillage tout un tas de musiciens qui plus tard s'en revendiqueront haut et fort en particulier en Angleterre avec la NWOBHM.
Sic transit gloria mundi.






1976 AC/DC "Dirty deeds done dirt cheap"


Musicos : Bon SCOTT (voice), Angus YOUNG (lead guitar), Malcom YOUNG (rythm guitar), Phil RUDD (drums), Mark EVANS (bass)
Prod. : Vanda & Young

De "Dirty deeds.." on ne pourrait retenir que 2 titres phares. D'abord le fougueux et possiblement auto-qualificatif "Problem child". Titre majeur de la discographie des australiens, qui en live prendra souvent des colorations explosives tant sur le plan visuel que musical lorsque Bon Scott rentrait en transe. Ensuite il y a le blues au groove imparable que représente "Ride on"; morceau tout en retenue, ambiance de piano-bar pour fins de soirées du bout de la nuit.
Mais ce résumé serait très réducteur et totalement injuste. "Dirty deeds.." c'est aussi la chanson éponyme au rythme saccadé et au refrain accrocheur, c'est encore "Jailbreak" le premier single tiré de l'album, titre également très cadencé et fédérateur, ou encore "Ain't no fun (to be a millionnaire)" et "Rocker" et sa diatribe introductive "I'm a rocker I'm a roller I'm a right out of controller I'm a wheeler I'm a dealer I'm a wicked woman stealer I'm a bruiser I'm a cruiser I'm a rockin' rollin' man...".
A cette époque AC/DC jouait encore dans des petits clubs, en particulier en Europe puisque 1976 est l'année de leur première incursion physique sur le vieux continent, mais cela n'allait pas durer car la montée en puissance inexorable de ce groupe allait vite les propulser en orbite avec l'accumulation d'albums plus jouissifs les uns que les autres sur la fin de la décennie 70.
Volens nolens.



· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·