barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



1970-79 De 1980 à 1989 1990-99 2000-09

1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989



Cette année là:


- le 9 février 1981, Bill Haley ("Rock around the clock") meurt à 56 ans (alcool)
- le 11 mai 1981, mort de Bob Marley, 36 ans, d'un cancer généralisé
- mort de Georges Brassens le 29 octobre 1981





1981 IRON MAIDEN "Killers"


Musicos : Paul Di ANNO (voice), Steve HARRIS (bass guitar), Dave MURRAY (guitar), Adrian SMITH (guitar), Clive BURR (drums)
Prod. : Martin BIRCH

1981: Maiden sort "Killers". Rien à jeter parmi 10 titres qui confirmaient à l'époque ce que l'album sans nom avait laissé présentir, à savoir que le groupe serait un des leaders de ce qui devait s'appeler la NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal). "The Ides of March" débute l'album: instrumental racontant la chute de Jules César, un 15 mars... Puis vient "Wrathchild" suivi de "Murders in the rue Morgue" (en référence à une nouvelle de Poe) qui sont 2 des chansons les plus emblématiques du groupe. J'ai toujours été sensible à la mélodie du morceau suivant "Another life" suivi d'un splendide nouvel instrumental "Gengis Khan". Ce qu'on appelait auparavant la face "B" démarre lentement avec "Innocent exile" avant une explosion sur le titre "Killers" où Paul di Anno, le premier chanteur du groupe vocifère avec une puissance dantesque, un punk préfigurant les chanteurs dits "trash"; malheureusement il n'allait pas faire de vieux os au sein du groupe puisqu'il se fera virer peu de temps après. Les trois derniers morceaux "Prodigal son", "Purgatory" et "Drifter" achèvent l'album avec sur les solis de nombreux relents floydiens (réécoutez les plaintes des deux 6 cordes sur "Prodigal son"...). Bref, un futur grand groupe se révèlait.



Titres : 1- The ides of march 2- Wrathchild 3- Murders in the rue morgue 4- Another life 5- Gengis Kahn 6- Innocent exile 7- Killers 8- Prodigal son 9- Purgatory 10- Drifter




1981 MOTORHEAD "No Sleep 'til Hammersmith"


Musicos : Lemmy KILMISTER (voice and bass), 'Fast' Eddie CLARKE (guitar), Phil 'Philty Animal' TAYLOR (drums)
Prod. : Vick Maile

Je me souviens qu'ado j'avais écouté une K7 enregistrée d'après un 33 tours chez un pote beaucoup plus âgé que moi, qui se targait d'avoir pu assister à une prestation de Lemmy n'co, le-dit Lemmy qui plus est lui aurait tapé dans la main pendant le set! Autant dire que le pote en question ne s'était pas lavé la-dite main durant quelques jours...Bref, la K7 en question c'était ce live tonitruant à l'époque. Reprenant bons nombres de titres de l'album supersonique "Overkill" (1979) agrémenté de quelques autres pépites dont "Bomber", "Ace of Spade", "(We are) The road crew" (et le fameux rugissement introductif), ou encore "Motörhead".
Un live somptueux. Une bonne claque à chaque nouvelle écoute!





1981 BLACK SABBATH "The Mob Rules"


Musicos : Ronnie-James DIO (voice), Tony IOMMI(guitar), Geezer BUTLER (bass), Vinny APPICE (drums), Geoff NICHOLLS
Prod. : Martin BIRCH

Dixième LP de BS, ce "Mob Rules" aura marqué mon adolescence car c'est avec cet album que je devais découvrir la voix si particulière de Dio. Quelle claque je reçus à l'époque!
Question zike je fus massacré par le riff rapide de "Turn up the night". "Voodoo" me transporta vers des contrées mytérieuses. Le théâtral "Sign of the Southern Cross" me procura de jouissives sensations par son orchestration magistrale...Quel morceau!
Rien que pour cette entrée en matière je considère ce disque comme l'un des meilleurs des anglais, même si les critiques ne sont pas toujours de mon avis et lui préfèrent souvent "Heavenb & Hell" sur la période RJ Dio...





1981 AC/DC "For those about to rock"


Musicos : Bon SCOTT (voice), Angus YOUNG (lead guitar), Malcom YOUNG (rythm guitar), Phil RUDD (drums), Cliff WILLIAMS (bass)
Prod. : John 'Mutt' LANGE

Enregistré à Paris, cet album s'ouvre par le tonitruant "For those about to rock", morceau qui clôt tous leurs sets live dans les années 2000 et post-2000, avec tout un arrangement de salves de canons du meilleur effet. Titre majeur et classique parmi les classiques des australiens. C'est toujours John 'Mutt' Lange qui se colle à la prod. avec un son énorme et magistral dont il ira très bientôt faire bénéficier les anglais de Def Lep.
En dehors de ce titre de bravoure introductif, l'album est quelque peu décevant mais pouvait-il en être autrement après deux LP qui firent et font encore des décennies plus tard, le tour de la planète musicale? -Citons "Put the finger on you" ou "Let's get it up" parmi les morceaux qui retinrent mon attention, mais on est loin, très loin des véritables empreintes musicales cérébrales indélébiles laissées par les albums précédents...
Cet album augurait de quelques années difficiles à venir pour AC/DC.






· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·