barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



1970-79 De 1980 à 1989 1990-99 2000-09

1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989



Cette année là:


- le 22 février 1987, Andy Warhol décède de complications iatrogènes suite à une banale intervention digestive
- décès de Dalida qui se suicide à 53 ans le 3 mai 1987...





1987 HELLOWEEN "Keeper of the seven keys - part 1"


Musicos : Mikael KISKE (voice), Ingo SCHWICHTENBERG (drums), Kai HANSEN (guitar), Michael WEIKATH (guitar), Markus GROSSKOPF (bass)
Prod. : Tommy NEWTON

En 1987, Helloween nous sort ce premier "Keeper". Fantastique. La nouvelle recrue au chant (Mikael Kiske) a une voix suraigüe qui nous fait oublier les palichotes tentatives de Kay Hansen sur "Walls of Jericho" qui peut ainsi se consacrer pleinement à sa 6 cordes (le bougre partira pourtant au bout du compte pour former Gamma Ray et reprendre sa double fonction chant/guitare).
Après une brève intro ("Initiation"), le premier hit "I'm alive" met d'emblée les gaz. Si le 3eme titre "A little time" est un ton en dessous, "Twillight of the gods" qui le suit est un hymne du groupe avec une intro à la guitare géniale. Après un slow dispensable ("A tale that wasn't right"), l'enchainement "Future world" et le faramineux morceaux "Halloween" (13 minutes 18 de symphonie Metal) sont prodigieux. Un LP intemporel.



Titres : 1-2 Initiation/I'm alive 3- A little time 4- Twilight of the gods 5- A tale that wasn't right 6- Future world 7- Halloween 8- Follow the sign




1987 ANTHRAX "Among th Living"


Musicos : Joey BELLADONNA (voice), Frank BELLO (bass guitar), Dan SPITZ (guitar), Scott IAN (guitar), Charlie BENANTE (drums)
Prod. : Eddie KRAMER

NFL ! NFL ! NFL !
Anthrax publie son meilleur album en 1987 avec cet "Among the Living" émaillé de tubes trash qui me trottent encore dans le rhombencéphale... Cet album "mosh" (pas moche) est le 3eme de la carrière du groupe après "Fistful of metal" (1984) et "Spreading the disease" (1985). Après le titre qui donne son nom à l'album on aborde un des hits avec "Caught in a Mosh" (what was he doing in a mosh ???). Bien rythmé ! C'est le moins qu'on puisse dire. Ensuite vient le morceau "I'm the law" qui précède le cultissime "NFL" (Efilnikufecin) soit "Nice Fuckin Life" en verlan mais cela permit au groupe d'éviter les foudres de la censure puritaine US. On a ensuite le "Skeleton in the closet" (poilant) avant un "Indians" sur le sentier de la guerre. La suite est moins bonne mais mérite qu'on y laisse traîner quand même une petite oreille.
Scott Ian le légendaire guitariste du groupe ne cesse de le répéter: NFL ! NFL ! NFL !



Titres : 1- Among the living 2- Caught in a mosh 3- I'm tha law 4- N.F.L. 5- A skeleton in the closet 6- Indians 7- One world 8- A.D.I./Horror of it all 9- Imitation of life




1987 CLAUDE NOUGARO "Nougayork"


Musicos : Claude NOUGARO and friends!
Prod. : Mick LANARO

Le toulousain s'était expatrié quelques semaines aux States pour nous pondre un album dont je me souviens qu'il nous fût souvent proposé à l'écoute pour le café du soir budosien de rigueur...Le titre "Nougayork" est d'emblée hyper-rythmé et très entraînant. "Rythm n' flouze" et "Harlem" sont plus lents mais toujours bien balancés. Le 4eme morceau est à mon avis le meilleur de l'album: "Un écureuil à Central Park" nous conte l'histoire de Coco-bel-oeil l'écureuil, amoureux de Gerbe-de-feu la belle écureuil(le). Tout un programme ! Cela d'autant plus que le bellâtre a un rival en la personne ...d'une mouette ! Nougaro a vraiment dû s'éclater en écrivant ces paroles...Parmi les autres titres on soulignera un splendide "Le gardien de phare" ("est rond..."): bidonnant !
Superbe album à écouter ou ré-écouter.



Titres : 1- Nougayork 2- Rythm n'flouze 3- Harlem 4- Un écureuil à Central Park 5- Lady Liberty 6- Le petit oiseau de Marrakech 7- La gardien de phare 8- Nougarock 9- Il faut tourner la page




1987 SUZANNE VEGA "Solitude Standing"


Musicos : Suzanne VEGA (voice and guitar), Michael VISCEGLIA (bass guitar), Mark SHULMAN (guitar), Anton SANKO (keyboards), Stephen FERRERA (drums)
Prod. : Steve ADDABBO

Auteur-compositeur-interprète américaine, Suzanne Nadine Vega nous pondait là un magnifique opus plein de sensualité et de mélodies bien léchées. Ca commence avec "Tom's diner", repris en fin de disque à capella, dont le refrain vous suit comme un toutou peu suivre sa maman..."Luka" est plus sérieux, évoquant l'enfance maltraitée; un morceau connu de tous avec ses quatre notes initiales. Il faut également parler du morceau qui donne son nom à l'album "Solitude Standing", "Solitude stands in the doorway..." tout en délicatesse avec une voix claire et suave.
Un très bon album pop qui bien sûr n'est pas très rock mais un peu de délicatesse dans ce monde de brutes ne fait pas de mal.



Titres : 1- Tom's diner 2- Luka 3- Ironbound/Fancy poultry 4- In the eye 5- Night vision 6- Solitude standing 7- Calypso 8- Language 9- Gypsy 10- Wooden horse 11- Tom's diner (reprise)




1987 GUNS N' ROSES "Appetite for Destruction"


Musicos : W Axl ROSE (voice), Duff McKAGAN (bass guitar), SLASH (guitar), Izzy STRADLIN (guitar), Steven ADLER (drums)
Prod. : Mike CLINK

Une bombe ! Quel album ! 12 morceaux d'anthologie ! J'ai dû l'écouter 1 000 000 de fois.
Ca commence avec "Welcome to the Jungle" et son intro déjanté joué par un Slash défoncé, les paroles racontant les déboires de la vie (prémonitoires pour un groupe qui n'a jamais pu se remettre d'avoir pondu un tel chef d'oeuvre).
"It's so easy" et la basse de Duff Mc Kagan;
"Nightrain" et "Out ta get me" racontant la schizophrénie d'Axl Rose plus ou moins sous l'influence de substances illicites...
"Mr Brownstone" où Axl nous montre une autre facette de ses vocalises.
Le 6e morceau "Paradise City" est l'un des hymnes rock les plus grands de tous les temps (à l'époque je disais que c'était le morceau du siècle !).
"My Michelle" ou comment se mettre les fans des Beatles à dos...
Pour enchaîner sur "Think about you" et surtout "sweet Child o'Mine" deux titres au romantisme surané.
"You're crazy" et "Anything goes" sont peut-être les 2 chansons les plus faibles, puis l'album se termine avec "Roquet Queen" qui reprend un tympo entraînant et clôt le LP avec brio.



Titres : 1- Welcome to the jungle 2- It's so easy 3- Nightrain 4- Out ta get me 5- Mr Brownstone 6- Paradise city 7- My Michelle 8- Think about you 9- Sweet child o'mine 10- You're crazy 11- Anything goes 12- Rocket queen




1987 JOE SATRIANI "Surfing with the Alien"


Musicos : Joe SATRIANI (guitars, bass and all strings), Bongo Bob SMITH (percussions), John CUNIBERTI (percussions), Jeff CAMPITELLI (drums)
Prod. : Joe SATRIANI & John CUNIBERTI

Premier album solo pour le maître de la guitare, le dieu de la six cordes: mister Joe Satriani. Dès le morceau de début qui donne son nom à l'opus on a compris que cet enregistrement-là sera encore et toujours un classique dans son style (instrumental). Mais comment fait-il pour restituer des sons comme ceux qui jalonnent ce fantastique LP ? "Ice 9" le deuxième morceau est plus lent que le premier avec une basse omniprésente : c'est encore Satriani qui s'y colle, puisqu'il ne prendra le soin de s'adjoindre un bassiste qu'en tournée (et pas n'importe lequel avec Stuart Hamm, les drums sur scène étant martelés par le non moins bon Jeff Campitelli). Le 3e titre remet le turbo avec "Crushing day" et son tempo enlevé. Ensuite vient "Always with me, always with you" très groovy et sur lequel par instant se détachent quelques notes de guitare qui avec Satriani se fondent en une mélodie lancinante dont les échos vous résonnent longtemps dans les canaux labyrinthiques même après coup. Argh ! Sur "Satch boogie" le maestro remet "la sauce" plein pôt...et c'est peu de le dire..."Hill of the skull" arrive bientôt, et même si sa lenteur me débecte un peu, faut reconnaître que c'est tout bon par la suite avec l'enchaînement sur le titre phare de l'album "Circles". Ce titre explore tout les méandres de la guitare et reste l'un de mes préférés tous albums confondus du zozo. "Lords of Karma" possède un rythme progressivement croissant qui n'est pas pour me déplaire, avant le "Midnight" joué tout en retenu rappelant par certaines intonations les grandes heures de Jean-Michel Jarre (versant "Oxygène"). Le final sur "Echo" clôt le LP en douceur.
Quelle maestria ! Un des meilleurs albums instrumentaux de tous les temps. Amen.



Titres : 1- Surfing with tha alien 2- Ice 9 3- Crushing days 4- Always with me, always with you 5- Satch boogie 6- Hill of the skull 7- Circles 8- Lords of karma 9- Midnight 10- Echo




1987 DEF LEPPARD "Hysteria"


Musicos : Joe ELLIOTT (voice), Rick SAVAGE (bass guitar), Steve 'Steamin' CLARK (guitar), Phil COLLEN (guitar), Rick ALLEN (drums)
Prod. : John 'Mutt' LANGE

Maudit. Un groupe maudit. Pourtant cela avait bien commencé avec 2 premiers albums prometteurs ("On throught the night" et "High n dry") suivi d'un superbe 3e LP sorti en 1983, le sulfureux "Pyromania". Malheureusement l'album suivant ne sortira qu'en 1987 avec X déboires dans l'intervalle dont un accident pour Rick Allen le batteur qui lui fit perdre le bras gauche. Le groupe persévéra cependant et une batterie spéciale fut conçue pour assurer les drums en live. Les soucis du groupe n'en furent pas pour autant stoppés puisque leur guitariste rythmique Steve Clarck décèdera quelques années plus tard en 1991.
Cet album reste un must et surtout était très en avance question "son" pour son époque avec un travail formidable de John "Mutt" Lange. Un perfectionniste. Il a battu beaucoup de records en terme de ventes sans support médiatique particulier (plus de 14 millions d'albums vendus à travers le monde). La moitié des 12 titres fut sorti en single. La critique et "les critiques dits spécialisés" ne furent pas tendres pour cet album, parlant de "refrains faciles", de "son aseptisé" et banal. Vous me permettrez d'être en désaccord total avec eux.
Le premier morceau "Women" et le deuxième "Rocket" sont archi-travaillés avec des accords parfaits entremélés d'effets sonores "planants". "Animal" est le premier simple et précéda la sortie du LP de quelques semaines. Le slow "Love bites" fut l'un des seuls titres à bénéficier d'un passage radio "matraqué" en particulier aux States. Puis viennent "Pour some sugar on me", "Armaggedon it" aux refrains dévastateurs avant l'épique "Gods of war" et son ambiance de fin du monde...La 2e partie de l'album comprend deux ballades aériennes ("Hysteria" et "Love and Affection") et d'autres morceaux incluant des effets sonores parfois déroutant ("Excitable"). Par la suite Def Leppard sombra dans le hard-rock FM de mauvais goût (dès l'album suivant "Adrenalize" qui sortit ... en 1992) et ne se releva pas d'avoir pondu un LP si riche et si avant-gardiste.
Dommage.



Titres : 1- Women 2- Rocket 3- Animal 4- Love bites 5- Pour some sugar on me 6- Armageddon it 7- Gods of war 8- Don't shoot shotgun 9- Run riot 10- Hysteria 11- Excitable 12- Love & affection




1987 AEROSMITH "Permanent vacation"


Musicos : Steven TYLER (voice, piani, harmonica), Tom HAMILTON (bass guitar), Joe PERRY (guitar), Brad WHITFORD (guitar), Joey KRAMER (drums)
Prod. : Bruce FAIRBAIRN

Débutant par "Heart's done time" et les cris de macaques en rut de Tyler, ce "Permanent vacation" vaut son pesant de cacahuètes salées (d'où l'allusion au-dit singe, sans aucun rapport avec la bouille et les grosses lèvres gercées du lead-singer!). Après ce premier morceau très rentre-dedans, "Magic touch" est plus axé rock-FM, dans le bon sens du terme cependant car la partie de gratte reste intéressante. "Rag doll" ensuite est une superbe composition sur laquelle la slide nous entraîne (avec le chant rythmé de Tyler) vers des contrées dansantes et virevoltantes. Puis c'est "Simoriah" qui remet les gaz et le turbo pour un morceau amenant facilement au sommet du LP, le splendide "Dude (looks like a lady)", parfaite représentation monolythique du rock de ce groupe aérien. "St John" et l'ambiance devient quelque peu feutrée, bluesy. "Hangman Jury", autre titre phare du disque structuré autour de l'harmonica et de la rythmique. "Girl keeps coming apart" ensuite est beaucoup plus cadencé, toujours centré par l'harmonica qui sied bien aux compositions du groupe. Morceau très travaillé incluant une orchestration de cuivres. On passe sur "Angel" le slow de rigueur sur chacun des LPs du groupe. Aucun intérêt. "Permanent vacation" par contre est encore une composition incluant tout ce qu'il faut y compris quelques cuivres et une mélodie toujours au top. "I'm down" est un rock n'roll version historique, de 2 min 20 rappelant les sources afro-américaines que ce super groupe n'a jamais oublié, même s'il s'agit d'une reprise des... Beatles! Enfin "The movie", morceau final est un instrumental très bien ficelé, co-écrit par les 5 musiciens, chose suffisamment rare pour le signaler car habituellement ce sont Perry et Tyler qui s'y collent en raison d'un ego certainement légèrement hors-normes...





1987 MARILLION "Clutching at Straws"




Dans ses premières années de vie, Marillion nous a sorti de superbes albums. En témoigne celui-ci, 4e LP du groupe. Un ensemble homogène de compositions dites 'progressives' pour un rock matiné de douces effluves de piano et de synthés. Et cette voix! Celle du géant Fish, qui n'avait pas encore décidé de laisser ses compères (mais cela n'allait pas tarder).
"Warm wet circle", enchaîné avec "That time of the night (the short straw)": magnifique. Puis vient une ambiance quelque peu inquiétante avec "Going under" un titre parmi les moins connus du groupe. Après cet instant calme, le rythme repart en virevoltant sur "Just for the record" et toujours ce synthé magnifique par des envolées qui tournoient et sont souvent rejointes par la guitare. Ambiance zen.
'Where do we go from here...?' et "White Russian" déboule. Titre ecclectique et très électrique, appartenant aux classiques du groupe. Et que dire du titre suivant? "Incommunicado". Sensas d'un bout à l'autre! Un de mes morceaux préférés du groupe sur lequel Steve Rothery malmène sa 6 cordes tandis que Mark Kelly se démène comme un diablotin épileptique aux claviers. Incommunicado!!! Après ce déluge sonore, le tempo ralentit pour "Torch song", enchaînant au piano sur "Slainte Mhath" (avec sa flute magique...'this is the story so far'). Pour clore la galette la cerise sera "Sugar Mice" sur lequel Fish semble nous dire adieu, tant sa voix paraît triste et fuyante...IL sera bientôt remplacé par un autre esthète aux vocaux non moins superbes, Steve Hogart sur l'album qui suivra et les autres à venir.





1987 OVERKILL "Taking over"




Les années 80 furent une année charnière pour le Rock. Entre glam/hair-metal californien bien propret et thrash/speed-metal dérivé d'un punk agonisant, clash des extrèmes qui allait donner naissance au début de la décennie suivante au spleen-metal nommé grunge...
Overkill sort en 1987 sa 2ème galette (après un déjà très bon "Feel the fire" en 1985). La pochette est immonde et repoussante, mais ne vous y fiez pas car question zike, les musiciens de la côte Est US savent y faire!
C'est "Deny The Cross" qui ouvre les hostilités avec un riff surpuissant, enchaîné sur le classique "Wrecking Crew", petite bombe aux paroles fatalistes. La voix de Bobby "Blitz" Ellsworth est reconnaissable entre milles, associée à des refrains scandés ponctuant les morceaux de façon à laisser en mémoire un passage proche de l'hymne comme sur "In Union We Stand".
Ca fuse de tous côtés avec outre des soli dantesques, des drums de folie comme sur "Fatal If Swallowed".
"Taking over" ou le thrash à son sommet...


· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·