barjozo.fr




Welcome Home


Chroniques Disques


Chroniques Concerts


TOP 5 Redac'


Photos live


Jolis liens


Contact-Redac'




Unforgettable LPs



1970-79 De 1980 à 1989 1990-99 2000-09

1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989



Cette année là:


- le 16 juillet 1989 décès du chef d'orchestre autrichien Herbert von Karajan





1989 KING'S X "Gretchen goes to Nebraska"


Musicos : Doug PINNICK (bass guitar, vocals), Ty TABOR (guitar, vocals), Jerry GASKILL (drums)
Prod. : Sam TAYLOR & KING'S X

Trio formé par Doug Pinnick (bass and vocals), Ty Tabor (guitars and vocals), Jerry Gaskill (drums), Kings'X n'a jamais balancé de la zike facile à déchiffrer. Mais cet LP n'a pas pris une ride en 20 ans. Si le 1er morceau ("Out of the silent planet") n'est pas transcendant, la suite est gigantesque. "Over my head", "Summerland", "Everybody's know a little bit of something" sont des météorites à la rythmique impeccable sur laquelle se lamente une 6 cordes géniale. "The Difference (in the garden of St Anne's on the Hill)" est une jolie sérénade avec des accents non électriques. Je vous conseille l'écoute et surtout l'achat de ce merveilleux opus de type "fusion" mélant rock, prog et une production nickel. Si vous ne deviez écouter (télécharger ?) qu'un seul titre allez directement au N°9, "Pleiades": un monument de mélodie rock !



Titres : 1- Out of the silent planet 2- Over my head 3- Summerland 4- Everybody knows a little bit of something 5- The difference (in the garden of St Anne's on the Hill) 6- I'll never be the same 7- Mission 8- Fall on me 9- Pleiades 10- Don't believe it (it's easier said that done) 11- Send a message 12- The burning down




1989 D.A.D. "No Fuel left for the Pilgrims"


Musicos : Jesper BINZER (voice & guitar), Stig PEDERSEN (bass guitar), Jacob BINZER (lead guitar), Peter Lundholm JENSEN (drums)
Prod. : D.A.D, Nick FOSS & Lars OVERGAARD

Qui se souvient de cet album ? D.A.D. ou Dysneyland After Dark, curieux patronyme pour un groupe... danois !
Ca commence avec le hit-single "Sleeping my day away" à donf (guitares): une chanson formidable du niveau planétaire. Une des 10 meilleures chansons rock de tous les temps. Vraiment. Un monument.
Du bon hard des familles avec cependant une touche spéciale liée probablement à la voix attachante du chanteur, Jesper Binzer, et à la production irréprochable. La guitare solo n'est pas du genre satrianesque mais dégage une sensualité très marquée (Cobber qui manie ainsi la 6 cordes est le frère de Jesper) Stig Pedersen complète le groupe à la basse depuis les débuts (1984) alors que seul le batteur a été remplacé en 1999 les autres membres du groupe étant les fondateurs historiques. Les autres perles du LP ont pour nom "Point of view", "Girl Nation", ou encore "True Believer"... Un excellent album à déguster sans modération pour un groupe qui n'a pas connu la consécration mais semble continuer à écumer les salles de concerts scandinaves (à ma connaissance un dernier album est sorti en 2005 suivi d'un live en 2006).



Titres : 1- Sleeping my day away 2- Jihad 3- Point of view 4- Rim of hell 5- ZCMI 6- True believer 7- Girl nation 8- Lord of the atlas 9- Overmuch 10- Siamese twin 11- Wild talk 12- I will




1989 THE CULT "Sonic Temple"


Musicos : Ian ASTBURY (voice), Jamie STEWART (bass guitar & keyboards), Billy DUFFY (guitar), Mickey CURRY (drums)
Prod. : Bob ROCK

The Cult a toujours été une énigme pour moi. Comment un groupe au potentiel aussi énorme n'a jamais t il pu percer et obtenir la consécration internationale qu'il mérite ?
"Sonic Temple" est un album monstrueux et contient un nombre de morceaux d'anthologie mémorables ("Sun King", "Edie", "Fire Woman", "Soul Asylum"...). La voix est reconnaissable entre milles et la rythmique toujours rock n' roll... et les abus en tous genres ne sont certainement pas pour rien dans la désastreuse gestion de la carrière du combos. Après plus de 15 ans d'existence le groupe de Ian Astbury (chant) et Billy Duffy (guitare) s'est séparé en 1995 mais s'est reformé...à la fin des années 2000 après qu'Astbury et Duffy se sont réconciliés, mais pour combien de temps ?



Titres : 1- Sun king 2- Fire woman 3- American horse 4- Edie ciao baby 5- Sweet soul sister 6- Soul asylum 7- New york city 8- Automatic blues 9- Soldier blue 10- Wake up time for freedom 11- Medicine train




1989 KINGDOM COME "In your Face"


Musicos : Lenny WOLF (voice and guitar), Johnny B FRANK (bass guitar), Danny STAG (guitar), Rick STEIER (guitar), James KOTTAK (drums)
Prod. : Lenny WOLF & Keith OLSEN

Kingdom Come est le groupe du chanteur-guitariste Lenny Wolf. On pourra prétexter qu'il a appris à chanter en écoutant tous les jours Robert Plant, mais on ne peut pas lui enlever le fait que ses compositions, et en particulier celles qui jalonnent cet album, sont très bonnes et ont une mélodie toujours accrocheuse. De "Do you like it" à "Stargazer", en passant par "The wind", "Highway 6" et son ambiance feu-de-camp qui laisse vite la place à un déluge de décibels, "Gotta go (can't wage a war)" et son trip "fin du monde", "Just like a wild rose" au tempo romantique, tous ces titres vous restent en mémoire du fait d'une accroche exceptionnelle sur un plan prosodique (arggghhhhhh ! ! ! ! ). Le problème est que les albums suivants, après la (bonne) surprise qu'était celui-ci, ne furent que la simple répétition d'une formule qui se révéla donc trop rébarbative. Néanmoins cet LP mérite une écoute attentive.
Pour la petite histoire, Kottak, le batteur fut quelques années plus tard recruté par Scorpions au départ d'Herman Rarebell.



Titres : 1- Do you like it? 2- Who do you love? 3- The wind 4- Gotta go (can't wage a war) 5- Highway 6 6- Perfect O 7- Just like a wild rose 8- Overrated 9- Mean dirty Joe 10- Stargazer




1989 AEROSMITH "Pump"


Musicos : Steven TYLER (voice, keyboards, harmonica), Tom HAMILTON (bass guitar), Joe PERRY (guitar), Brad WHITFORD (guitar), Joey KRAMER (drums)
Prod. : Bruce FAIRBAIRN

En 1989, Aérosmith avait déjà pondu pas mal de disques plus ou moins bien réussis (depuis leurs débuts en 1973). "Pump" tombait en pleine vague "Guns" and Co et rappelait au monde entier que Tyler et ses accolytes jouaient déjà un rock bien chaloupé quand Slash et Axl Rose en étaient encore à se gaver de fraises Tagada.
L'album déboule avec le tonitruant "Young Lust" et la voix d'un Tyler complètement surexcité. Puis viennent "Fine", "Going down" et "Love in an elevator" qui maintiennent la pression de façon sympathique avec quelques effets sonores bien conçus. J'ai un faible pour le "Janie's got a gun" d'où émane un réel potentiel bluesy, et le fabuleux "The other side" dont le refrain peut vous suivre plusieurs heures après écoute...Un dixième et très bon album pour Aerosmith.



Titres : 1- Young lust 2- F.I.N.E. 3- Going down/Love in an elevator 4- Monkey on my back 5- Water song/Janie's got a gun 6- Dulcimer stomp/The other side 7- My girl 8- Don't get mad, get even 9- Hoodoo/voodoo, medicine man 10- What it takes





1989 FAITH NO MORE "The real thing"



C'est en 1989 que je découvre les monstrueux accords de Faith No More avec cet LP, véritable pierre angulaire de toute cd-thèque digne de ce nom. Le déboulé sur "From out of nowhere" ne peut que vous coller des frissons et les vocaux martelés par Patton sont magnifiques. Puis c'est "Epic" (what is it?) morceau rock-rap préfigurant ce qu'allaient devenir certains pans entiers du (hard) rock des années 80-90 avec l'avènement de combos dits "new-noise" ou encore "nu-metal" dont beaucoup donneront FNM comme influence majeure. "Falling to pieces" autre morceau de bravoure avant un "Surprise you're dead" bidonnant.
Que du lourd sur ce LP. Mention spéciale à l'instru "Woodpecker from Mars" dont les claviers entêtants et planants sont pour moi un des musts dans le genre pour un titre qui vous fera decoller vers Mars si ce n'est le 7e ciel. "War pigs" reprise du noir Sabbath vaut également le détour.
Un LP intemporel.






1989 SOUNDGARDEN "Louder than Love"



"Louder than love" est le premier véritable LP du Soundgarden 'historique' si on prend acte du fait que "Ultramega OK" qui le précéda de quelques mois (octobre 1988) comprenait encore Yamamoto (kadératés, je sais...) à la basse puisque Ben Sheperd n'arrivera aux mannettes de la quatre cordes que sur cet LP. C'est également le premier album distribué largement par A&M records.
Rien que pour les deux titres qui ouvrent la setlist, cet LP vaut le détour: "Ugly truth" et "Hands all over" sont deux hits monstrueux qui ravagent tout sur leur passage. Des standards incontournables du groupe. Des titres que certains rèveraient d'écrire ne serait-ce que une seul fois dans leur vie.
Pour le reste on dira que cet LP est moins enlevé que les suivants, plus lourd aussi (rythmique massive), donc d'abord moins aisé cela d'autant plus que Cornell y arbore une voix souvent geignarde et moins mélodique que sur les futures productions du groupe. Mais ne vous y trompez pas, il s'agit d'une oeuvre splendide dont je vous recommande chaudement l'acquisition.



· Conception du site web: Barjozo ·
· contact@barjozo.fr ·